Sofiane Guitoune : "Je sais d'où je viens et la chance que j'aie de vivre de ma passion"

Poulain Raffûte

0:00
50:04
10
10

Sofiane Guitoune : "Je sais d'où je viens et la chance que j'aie de vivre de ma passion"

Poulain Raffûte

L’image que l’on a du rugbyman est souvent à des années-lumière de ce qu’ils sont réellement. Leur carrure imposante, le regard souvent froid et concentré, les attitudes conquérantes et les gabarits souvent hors de la norme en fond des hommes extraordinaires et paraissant souvent inaccessibles. Pour en connaître pas mal, je peux vous assurer qu’il n’en est rien. J’en veux pour preuve notre invité : Sofiane Guitoune, centre du Stade Toulousain.

Déjà qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, le type a toujours la classe. Une coupe de cheveux toujours avant-gardiste. Il a ce petit truc, cette connerie au coin de l’œil un peu à la Nans Ducuing, toujours prêt à chambrer et à appuyer là où ça pique pour faire partir les avants au quart de tour. Bref, on sent un mec heureux de vivre son sport pleinement.

Tout n’a pas été rose pourtant pour Sofiane malgré une carrière déjà bien remplie à 32 ans. Pas épargné par les blessures, il a pourtant la besace bien remplie de titres et pas mal d’expériences dans les différentes équipes de France : c’est 14 ans de carrière et encore de belles années à venir. C’est un titre de Prod2 avec Agen en 2010, 2 boucliers de Brennus avec le Stade Toulousain et une coupe d’Europe. C’est aussi 13 sélections avec le XV de France, 2 coupes du monde et quelques voyages avec l’équipe de France à 7 qui le mèneront à disputer deux rencontres lors des JO de 2016 à Rio.

Né à Alger, c’est au Vierzon SAV qu’il débute le rugby avant de passer par Brive, Agen, Albi et l’USAP. En 2014, il pose ses valises pour 2 ans à l’UBB avant de rejoindre le Stade Toulousain en 2016. Ce qui me marque chez ce mec au-delà du très bon joueur qu’il est c’est cette capacité à toujours avoir le "smile", la banane qu’il soit titulaire, remplaçant ou en costard dans les tribunes à encourager ses potes.

C’est ce genre de types qui apportent ce petit plus parfois qui permet de faire redescendre la pression. Il suffit parfois d’un regard pour que ça parte au quart de tour et que ça finisse à 6 heures du matin. Sofiane est ce genre de type, essentiel sur un terrain, dans un vestiaire c’est pourquoi je suis ravi qu’il vienne nous parler de ses experiences, de son vécu dans le rugby avec ce sourire qui le caratérise.

Bienvenue dans Poulain Raffute et bonne écoute !

Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi Olympique

et réalisée par Sébastien Petit, journaliste digital Eurosport

Ecoutez d'autres épisodes :

Jérémy Clamy-Edroux : "Peu importe le jugement des gens, ma seule crainte, c'était celui de mon père"

Hugo Bonneval : "Je n'ai pas la force mentale de me dire que ma carrière est finie"

Gillian Galan : "J’aimerais faire un match d’adieu avant de passer à une nouvelle vie"

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Romain Poite : "Contrairement à ce que beaucoup pensent, l’arbitre n’est pas là pour se mettre en scène"

Poulain Raffûte

"Repose-toi mon ami, je t’aime" : Christophe Dominici raconté par Franck Comba et Raphaël Poulain

Poulain Raffûte

Romane Ménager : "On a le jeu et les qualités pour être championnes du monde en Nouvelle-Zélande"

Poulain Raffûte

The podcast Poulain Raffûte has been added to your home screen.

L’image que l’on a du rugbyman est souvent à des années-lumière de ce qu’ils sont réellement. Leur carrure imposante, le regard souvent froid et concentré, les attitudes conquérantes et les gabarits souvent hors de la norme en fond des hommes extraordinaires et paraissant souvent inaccessibles. Pour en connaître pas mal, je peux vous assurer qu’il n’en est rien. J’en veux pour preuve notre invité : Sofiane Guitoune, centre du Stade Toulousain.

Déjà qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, le type a toujours la classe. Une coupe de cheveux toujours avant-gardiste. Il a ce petit truc, cette connerie au coin de l’œil un peu à la Nans Ducuing, toujours prêt à chambrer et à appuyer là où ça pique pour faire partir les avants au quart de tour. Bref, on sent un mec heureux de vivre son sport pleinement.

Tout n’a pas été rose pourtant pour Sofiane malgré une carrière déjà bien remplie à 32 ans. Pas épargné par les blessures, il a pourtant la besace bien remplie de titres et pas mal d’expériences dans les différentes équipes de France : c’est 14 ans de carrière et encore de belles années à venir. C’est un titre de Prod2 avec Agen en 2010, 2 boucliers de Brennus avec le Stade Toulousain et une coupe d’Europe. C’est aussi 13 sélections avec le XV de France, 2 coupes du monde et quelques voyages avec l’équipe de France à 7 qui le mèneront à disputer deux rencontres lors des JO de 2016 à Rio.

Né à Alger, c’est au Vierzon SAV qu’il débute le rugby avant de passer par Brive, Agen, Albi et l’USAP. En 2014, il pose ses valises pour 2 ans à l’UBB avant de rejoindre le Stade Toulousain en 2016. Ce qui me marque chez ce mec au-delà du très bon joueur qu’il est c’est cette capacité à toujours avoir le "smile", la banane qu’il soit titulaire, remplaçant ou en costard dans les tribunes à encourager ses potes.

C’est ce genre de types qui apportent ce petit plus parfois qui permet de faire redescendre la pression. Il suffit parfois d’un regard pour que ça parte au quart de tour et que ça finisse à 6 heures du matin. Sofiane est ce genre de type, essentiel sur un terrain, dans un vestiaire c’est pourquoi je suis ravi qu’il vienne nous parler de ses experiences, de son vécu dans le rugby avec ce sourire qui le caratérise.

Bienvenue dans Poulain Raffute et bonne écoute !

Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi Olympique

et réalisée par Sébastien Petit, journaliste digital Eurosport

Ecoutez d'autres épisodes :

Jérémy Clamy-Edroux : "Peu importe le jugement des gens, ma seule crainte, c'était celui de mon père"

Hugo Bonneval : "Je n'ai pas la force mentale de me dire que ma carrière est finie"

Gillian Galan : "J’aimerais faire un match d’adieu avant de passer à une nouvelle vie"

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Poulain Raffûte

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install