Dimitri Yachvili : "Pour l'instant, le XV de France n'a rien révolutionné, il s'est juste remis au niveau"

Poulain Raffûte

0:00
48:11
10
10

Dimitri Yachvili : "Pour l'instant, le XV de France n'a rien révolutionné, il s'est juste remis au niveau"

Poulain Raffûte

Il y a des personnes dans ma vie qui m’ont inspiré et avec qui j’aime échanger sur des sujets qui peuvent paraitre inaccessibles. Des discussions sur la vie, nos échecs, nos doutes, nos espoirs, la paternité, notre rôle dans la société en tant qu’homme, en tant que joueur de rugby, en tant que jeune père, en tant que mari.

Par exemple, Richard Escot, grand journaliste à L’Equipe, passionné de rugby et de beaux mots, m’a fait découvrir la philosophie et je pourrais l’écouter pendant des heures me parler de la vie. Jean-Pierre Rives m’a permis de faire le deuil du rugbyman professionnel que j’étais à seulement 25 ans et m’a offert l’accès à ma sensibilité à travers l’art grâce à ses mots, son regard bienveillant et son humour. Rares sont ceux avec qui je peux échanger et voyager en profondeur dans des réflexions, des questionnements sur l’existence. Parler de vulnérabilité à coeur ouvert, parler avec passion des mots et de leurs sens, parler avec pudeur d'amour du prochain sans le côté pompeux religieux et avec bienveillance et sans rien attendre de l’autre qu’un silence qui écoute ou un mot bien placé. Comme une action collective ou tu trouves l’autre les yeux fermés, comme une passe fluide, bref comme une amitié. C’est aussi pour ça que le rugby me manque. Cette authenticité dans l’échange. Et bien je le retrouve de temps en temps avec notre invité.

Originaire de Brive, passé par le PUC puis Gloucester avant de poser ses valises dans le Pays Basque : c’est Dimitri Yachvili, dit : "le Yach". Il est une légende vivante de notre sport. Je pourrais vous sortir sa fiche Wikipédia avec son palmarès mais il est bien plus que son Challenge européen gagné avec Biarritz en 2012 ou ses deux boucliers avec le BO en 2005 et 2006. Il est bien plus que son titre de champion avec Gloucester ou ses quatre tournois remportés dont deux Grands Chelems entre 2002 et 2012. Il est bien plus que ses 61 sélections, ses essais contre l’Angleterre et ses 373 points avec l’équipe de France.

Dimitri, c’est une histoire forte, c’est une fratrie, ce sont des origines mêlées entre la Géorgie, la Grèce, l’Arménie et la France. Le Yach c’est un type attachant, à l’allure posée et pourtant. Bref, c’est un homme tout aussi mystérieux que passionnant. Dimitri c’est aussi le parrain de l'association Kourir, association pour les familles d'enfants atteints d'arthrite chronique juvénile. Bref, ça va au-delà du rugby et même s’il nous régale de ses commentaires chaque weekend de Coupe d’Europe ou du Tournoi des 6 Nations sur les antennes de France 2, accompagné bien sûr de ce bon Matthieu Lartot et de Cecile Grès, il reste surtout pour moi ce mec avec qui j’ai joué en 2001 une Coupe du monde avec une équipe de malade, il reste ce type spécial un peu inaccessible en apparence mais généreux comme un Corse quand il t’a à la bonne. Et malgré la distance, le temps et nos différences, il est surtout une personne inspirante pour moi et que je suis ravi d’avoir comme invité dans Poulain Raffûte. 

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Steffon Armitage : "Je suis un 3e ligne qui se prend pour un n°10"

Poulain Raffûte

Hugo Bonneval : "Je n'ai pas la force mentale de me dire que ma carrière est finie"

Poulain Raffûte

"Des rugbymen qui changent de club par intérêt, ça a toujours existé, même en amateur" : Poulain Raffûte avec Miguel Fernandez

Poulain Raffûte

The podcast Poulain Raffûte has been added to your home screen.

Il y a des personnes dans ma vie qui m’ont inspiré et avec qui j’aime échanger sur des sujets qui peuvent paraitre inaccessibles. Des discussions sur la vie, nos échecs, nos doutes, nos espoirs, la paternité, notre rôle dans la société en tant qu’homme, en tant que joueur de rugby, en tant que jeune père, en tant que mari.

Par exemple, Richard Escot, grand journaliste à L’Equipe, passionné de rugby et de beaux mots, m’a fait découvrir la philosophie et je pourrais l’écouter pendant des heures me parler de la vie. Jean-Pierre Rives m’a permis de faire le deuil du rugbyman professionnel que j’étais à seulement 25 ans et m’a offert l’accès à ma sensibilité à travers l’art grâce à ses mots, son regard bienveillant et son humour. Rares sont ceux avec qui je peux échanger et voyager en profondeur dans des réflexions, des questionnements sur l’existence. Parler de vulnérabilité à coeur ouvert, parler avec passion des mots et de leurs sens, parler avec pudeur d'amour du prochain sans le côté pompeux religieux et avec bienveillance et sans rien attendre de l’autre qu’un silence qui écoute ou un mot bien placé. Comme une action collective ou tu trouves l’autre les yeux fermés, comme une passe fluide, bref comme une amitié. C’est aussi pour ça que le rugby me manque. Cette authenticité dans l’échange. Et bien je le retrouve de temps en temps avec notre invité.

Originaire de Brive, passé par le PUC puis Gloucester avant de poser ses valises dans le Pays Basque : c’est Dimitri Yachvili, dit : "le Yach". Il est une légende vivante de notre sport. Je pourrais vous sortir sa fiche Wikipédia avec son palmarès mais il est bien plus que son Challenge européen gagné avec Biarritz en 2012 ou ses deux boucliers avec le BO en 2005 et 2006. Il est bien plus que son titre de champion avec Gloucester ou ses quatre tournois remportés dont deux Grands Chelems entre 2002 et 2012. Il est bien plus que ses 61 sélections, ses essais contre l’Angleterre et ses 373 points avec l’équipe de France.

Dimitri, c’est une histoire forte, c’est une fratrie, ce sont des origines mêlées entre la Géorgie, la Grèce, l’Arménie et la France. Le Yach c’est un type attachant, à l’allure posée et pourtant. Bref, c’est un homme tout aussi mystérieux que passionnant. Dimitri c’est aussi le parrain de l'association Kourir, association pour les familles d'enfants atteints d'arthrite chronique juvénile. Bref, ça va au-delà du rugby et même s’il nous régale de ses commentaires chaque weekend de Coupe d’Europe ou du Tournoi des 6 Nations sur les antennes de France 2, accompagné bien sûr de ce bon Matthieu Lartot et de Cecile Grès, il reste surtout pour moi ce mec avec qui j’ai joué en 2001 une Coupe du monde avec une équipe de malade, il reste ce type spécial un peu inaccessible en apparence mais généreux comme un Corse quand il t’a à la bonne. Et malgré la distance, le temps et nos différences, il est surtout une personne inspirante pour moi et que je suis ravi d’avoir comme invité dans Poulain Raffûte. 

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Poulain Raffûte

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install