Jeremy Davidson : "Cette fois-ci, nous (Irlande) ne sommes pas favoris chez nous et cela me gêne"

Poulain Raffûte

0:00
48:09
10
10

Jeremy Davidson : "Cette fois-ci, nous (Irlande) ne sommes pas favoris chez nous et cela me gêne"

Poulain Raffûte

Vu l’actualité, on va parler de l’Irlande bien entendu. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, l’Irlande, je m’en fais une image particulière ; non pas parce que j’y ai chopé l’appendicite à Dublin et que j’y ai passé une bonne semaine en service gériatrie alors que j’étais aux portes de l’équipe de France en 2001, mais parce que pour moi c’est là où l’on a battu le Munster en demi-finale de Coupe d’Europe avec le Stade Français.

L’Irlande, c’est ce public mythique de l’Ulster. L’Irlande, c’est Conor Mc Gregor, Brian O’Driscoll. Ce sont ces batailles épiques sur le terrain avec des guerriers qui ne lâchent rien. L’Irlande, c’est aussi l’histoire d’un pays attachant qui intrigue et qui marque. L’Irlande, c’est guerrier, coloré, c’est le courage dans leur sang, un esprit rageur. L’Irlande, c’est une lutte constante pour l’existence.

Notre invité en est un pur produit. On a joué quelques fois l’un contre l’autre quand il était à Castres ou à l’Ulster. Il est de la trempe des Paul O’Connell, des Devin Toner, des deuxièmes "barres" : rugueux, lourds, massifs et qui ne lâchent rien, qui s'accrochent jusqu’à la dernière minute comme la boue sous les crampons un soir d’automne au Ravenhill Stadium (Kingspan Stadium aujourd’hui). 

Jeremy Davidson, c’est 32 sélections avec l’équipe d'Irlande et 3 avec les Lions Britanniques. c’est une Coupe du monde en 1999 et c’est surtout un parcours de coach, humble, travailleur, rigoureux et pointilleux.

A la fin de sa carrière, il entraîne pendant 4 ans dans son club formateur au Dungannon RFC avant d’entraîner les avants de Castres puis de l' Ulster du Stade Aurillacois, ainsi qu’à l’UBB, avant de devenir Manager du CA Brive Corrèze qu’il ramène en Top 14 dès sa première saison en 2019 en tant que coach.

Il nous racontera comment il vit en Corrèze un rugby spécial avec un groupe, une équipe qui tient la dragée haute aux cadors du Top 14 et qui est aujourd’hui 9e du championnat. Non, Brive ne joue pas sa survie cette année et compte bien déranger la hiérarchie à grands coups de surprises et de coups d’éclats.

Jeremy nous donnera son point de vue sur la confrontation du week-end Irlande-France : Sexton va-t-il jouer ? Est-ce un match piège pour la France ? Bière ou whisky ? Le coq va-t-il picorer le trèfle ?

Mesdames, messieurs, rien de mieux qu’un spécialiste irlandais en terre française pour nous parler de son rugby. Merci Jeremy Davidson d’être avec nous dans Poulain Raffute !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Mohed Altrad: "Dans le business, on n'a pas ces émotions fortes que procure le rugby"

Poulain Raffûte

Pascal Papé : "Je suis devenu un super rugbyman grâce à mon histoire difficile et fantastique"

Poulain Raffûte

Jean-Baptiste Elissalde : "Voir Montpellier si bas et maintenant à ce niveau, c'est incroyable"

Poulain Raffûte

The podcast Poulain Raffûte has been added to your home screen.

Vu l’actualité, on va parler de l’Irlande bien entendu. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, l’Irlande, je m’en fais une image particulière ; non pas parce que j’y ai chopé l’appendicite à Dublin et que j’y ai passé une bonne semaine en service gériatrie alors que j’étais aux portes de l’équipe de France en 2001, mais parce que pour moi c’est là où l’on a battu le Munster en demi-finale de Coupe d’Europe avec le Stade Français.

L’Irlande, c’est ce public mythique de l’Ulster. L’Irlande, c’est Conor Mc Gregor, Brian O’Driscoll. Ce sont ces batailles épiques sur le terrain avec des guerriers qui ne lâchent rien. L’Irlande, c’est aussi l’histoire d’un pays attachant qui intrigue et qui marque. L’Irlande, c’est guerrier, coloré, c’est le courage dans leur sang, un esprit rageur. L’Irlande, c’est une lutte constante pour l’existence.

Notre invité en est un pur produit. On a joué quelques fois l’un contre l’autre quand il était à Castres ou à l’Ulster. Il est de la trempe des Paul O’Connell, des Devin Toner, des deuxièmes "barres" : rugueux, lourds, massifs et qui ne lâchent rien, qui s'accrochent jusqu’à la dernière minute comme la boue sous les crampons un soir d’automne au Ravenhill Stadium (Kingspan Stadium aujourd’hui). 

Jeremy Davidson, c’est 32 sélections avec l’équipe d'Irlande et 3 avec les Lions Britanniques. c’est une Coupe du monde en 1999 et c’est surtout un parcours de coach, humble, travailleur, rigoureux et pointilleux.

A la fin de sa carrière, il entraîne pendant 4 ans dans son club formateur au Dungannon RFC avant d’entraîner les avants de Castres puis de l' Ulster du Stade Aurillacois, ainsi qu’à l’UBB, avant de devenir Manager du CA Brive Corrèze qu’il ramène en Top 14 dès sa première saison en 2019 en tant que coach.

Il nous racontera comment il vit en Corrèze un rugby spécial avec un groupe, une équipe qui tient la dragée haute aux cadors du Top 14 et qui est aujourd’hui 9e du championnat. Non, Brive ne joue pas sa survie cette année et compte bien déranger la hiérarchie à grands coups de surprises et de coups d’éclats.

Jeremy nous donnera son point de vue sur la confrontation du week-end Irlande-France : Sexton va-t-il jouer ? Est-ce un match piège pour la France ? Bière ou whisky ? Le coq va-t-il picorer le trèfle ?

Mesdames, messieurs, rien de mieux qu’un spécialiste irlandais en terre française pour nous parler de son rugby. Merci Jeremy Davidson d’être avec nous dans Poulain Raffute !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Poulain Raffûte

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install