Nicolas Roche revient sur dix-huit ans de carrière : "Je pourrais écrire non pas un livre mais vingt-cinq"

Bistrot Vélo

0:00
59:19
10
10

Nicolas Roche revient sur dix-huit ans de carrière : "Je pourrais écrire non pas un livre mais vingt-cinq"

Bistrot Vélo

Nicolas Roche met un terme à sa carrière professionnelle, débutée en 2004. L'Irlandais de 37 ans a décroché douze succès et participé à vingt-quatre Grands Tours, dans sa riche épopée cycliste. Il raconte à Colin Bourgeat le cheminement de sa décision, ce lundi dans Bistrot Vélo.

Roche ne se sentait plus tellement à sa place dans le peloton… mais il lui a fallu un déclic pour décider de tourner la page, comme il l’explique en évoquant une potentielle reconversion de consultant, déjà effleurée (13:29).

Il évoque la tendance du cyclisme moderne à voir éclore des jeunes (Remco Evenepoel, Tadej Pogacar) à très haut niveau (19:08). Son sport devient à maturité de plus en plus rapide et se structure (plus ou moins bien) dans ce sens. Ce dont il faut se méfier selon Roche.

L’ancien de SKY, Tinkoff-Saxo, Cofidis ou autre AG2R La Mondiale parle également de sa relation avec de grands coureurs, comme Alberto Contador - "le stéréotype du leader" -, dont il a été marqué par le professionnalisme et le leadership (29:18).

"On est le seul sport, où lorsqu’on annonce un danger, on accélère." Par cette phrase (39 :25), Nicolas Roche pointe du doigt le problème de la sécurité dans le cyclisme. Un problème qui vient d’après lui de plein de facteurs et dont les coureurs ont trop tendance à se dédouaner

Bonne écoute.

Ecoutez d'autres podcasts de Bistrot Vélo :

Steve Chainel : "La suspicion fait partie du jeu, tant pis pour ceux qui ne veulent pas rêver"

Kevin Geniets et l'héritage des frères Schleck : "Ils m'ont donné la motivation de faire du vélo"

Florian Sénéchal : "Sur les réseaux sociaux, j'ai été un peu cru concernant Paris-Roubaix, parce que ça m'a fait mal au coeur"

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

Animation : Colin Bourgeat

Production : Simon Farvacque et Quentin Guichard

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Benjamin Thomas : "Ma médaille de bronze aux JO a plus de valeur que les quinze médailles que j’avais déjà"

Bistrot Vélo

Alexys Brunel, recruté par la puissante UAE de Tadej Pogacar : "J’ai déjà hâte de changer de façon de travailler"

Bistrot Vélo

Romain Grégoire : "Van Aert, Pogacar… c’est à ce genre de coureurs polyvalents que je veux ressembler"

Bistrot Vélo

The podcast Bistrot Vélo has been added to your home screen.

Nicolas Roche met un terme à sa carrière professionnelle, débutée en 2004. L'Irlandais de 37 ans a décroché douze succès et participé à vingt-quatre Grands Tours, dans sa riche épopée cycliste. Il raconte à Colin Bourgeat le cheminement de sa décision, ce lundi dans Bistrot Vélo.

Roche ne se sentait plus tellement à sa place dans le peloton… mais il lui a fallu un déclic pour décider de tourner la page, comme il l’explique en évoquant une potentielle reconversion de consultant, déjà effleurée (13:29).

Il évoque la tendance du cyclisme moderne à voir éclore des jeunes (Remco Evenepoel, Tadej Pogacar) à très haut niveau (19:08). Son sport devient à maturité de plus en plus rapide et se structure (plus ou moins bien) dans ce sens. Ce dont il faut se méfier selon Roche.

L’ancien de SKY, Tinkoff-Saxo, Cofidis ou autre AG2R La Mondiale parle également de sa relation avec de grands coureurs, comme Alberto Contador - "le stéréotype du leader" -, dont il a été marqué par le professionnalisme et le leadership (29:18).

"On est le seul sport, où lorsqu’on annonce un danger, on accélère." Par cette phrase (39 :25), Nicolas Roche pointe du doigt le problème de la sécurité dans le cyclisme. Un problème qui vient d’après lui de plein de facteurs et dont les coureurs ont trop tendance à se dédouaner

Bonne écoute.

Ecoutez d'autres podcasts de Bistrot Vélo :

Steve Chainel : "La suspicion fait partie du jeu, tant pis pour ceux qui ne veulent pas rêver"

Kevin Geniets et l'héritage des frères Schleck : "Ils m'ont donné la motivation de faire du vélo"

Florian Sénéchal : "Sur les réseaux sociaux, j'ai été un peu cru concernant Paris-Roubaix, parce que ça m'a fait mal au coeur"

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

Animation : Colin Bourgeat

Production : Simon Farvacque et Quentin Guichard

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Bistrot Vélo

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install